Concours de musique du Canada 2009 / Juges

Informations historiques

L’information contenue sur cette page concerne une ancienne édition du concours et vous est présentée à titre d’archive seulement. Pour les informations en cours, veuillez SVP consulter Concours de musique du Canada 2019.

Première épreuve

Finale provinciale

Finale nationale

  • Andrew Dawes (Cordes)
  • Michael Kim (Piano)
  • James C. Lebens (Vents)
  • Beth Roberts (Chant)
  • David Rosenmeyer (Piano)

Gilles Auger

Vents

Né à Québec, Gilles Auger a fait ses études en clarinette au Conservatoire de musique de Québec où il a obtenu ses Prix. Il poursuit ses études à New York grâce aux bourses du Conseil des Arts du Canada et de la bourse Bruno Walter Memorial. En 1983, il obtient une maîtrise en direction d’orchestre de la Julliard School of Music. En 1986, il remporte le premier prix au Concours international de jeunes chefs d’orchestre de Besançon (France). Le Conseil des Arts du Canada lui a décerné le Virginia P. Moore Award en 1987. En 1990, il reçoit le Clifford Evens Memorial Conducting Award de la University of Western Ontario. Il a étudié la direction d’orchestre avec Edwin Bélanger, James DePreist, Mario Bernardi, Ixten Ehrling, Jorge Mester et Leonard Bernstein.

Il a été chef en résidence de l’Orchestre des jeunes du Québec, directeur musical de la Sinfonietta de Radio-Canada à Québec, de l’Orchestre symphonique des jeunes de Lévis et il a dirigé l’Orchestre de l’École de musique de l’Université Laval.

Depuis 1986, il dirige l’Orchestre du Conservatoire de musique de Québec. En 1989 il met sur pieds l’Orchestre de chambre Gilles-Auger avec lequel il donne, en 1993, l’intégrale des neuf symphonies de Beethoven à la salle Raoul-Jobin du Palais Montcalm à Québec. En 1996, il devient directeur artistique et musical de l’Orchestre symphonique de Sherbrooke et de l’Orchestre de chambre de l’Estrie. Pendant les étés 2000 et 2001, il dirige l’Orchestre du Festival international d’été de Québec. Depuis janvier 2000 il agit comme premier chef suppléant des Grands Ballets Canadiens de Montréal et de l’Orchestre symphonique de Lévis. Il a dirigé deux productions de la Société d’Art Lyrique du Royaume à Saguenay, Un violon sur le toit et Les pirates de Penzance. En septembre 2007, il devient chef pour le Grand Orchestre des Jeunes de Québec.

Il a dirigé l’Orchestre National de Lyon, l’Orchestre National de France, l’Orchestre de la Suisse Romande, l’Orchestre de chambre de Besançon, le Juilliard Symphony, le Toronto Symphony, l’Orchestre symphonique de Montréal, l’Orchestre symphonique de Québec, l’Orchestre du Centre National des Arts d’Ottawa, l’Orchestre Métropolitain du Grand Montréal, l’Orchestre de Kitchener-Waterloo, le Manitoba Chamber Orchestra, les Violons du Roy, les Thirteen Strings d’Ottawa, l’Orchestre National des Jeunes du Canada, les orchestres des Grands Ballets Canadiens, des Ballets de St-Louis, des Ballets de Varsovie et le Victoria Summer Festival Orchestra.

Marie-André Chevrette

Cordes

Sonorité généreuse, technique solide, rythmique infaillible, profonde musicalité et remarquable sensibilité sont autant de qualités qu’on a apposées au jeu de la violoniste canadienne Marie-André Chevrette.

Elle a commencé l’étude du violon dès l’âge de quatre ans et, l’année suivante, joue pour la première fois en solo avec orchestre. À sept ans, elle est admise au Conservatoire de musique du Québec à Montréal. Elle y a travaillé sous la direction de Johanne Arel, Raymond Dessaints et Denis Brott et a reçu son diplôme d’études supérieures en 1995. Elle a complété sa formation auprès de Kathleen Winkler à la Rice University, à Houston (Texas), y obtenant une maîtrise en musique. Au fil des ans, elle s’est également perfectionnée auprès de pédagogues réputés dont Trevors Williams, professeur au Royal Academy of Music de Londres, Bogodar Kotorovitch, professeur au Conservatoire de Kiev, Sidney Hart (États-Unis) et Levon Ambartsumyan, professeur au Conservatoire d’État de Moscou.

Finaliste du Concours de musique du Canada, trois fois lauréate de la bourse Scott Papers Ltd., récipiendaire d’une bourse de la Rice University, Marie-André Chevrette a remporté de nombreux concours qui lui ont donné la chance de se faire entendre comme soliste aux États-Unis. Elle s’est ainsi méritée la première place aux concours de la Music Academy of the West à Santa Barbara en Californie (1996) et du Shepherd Symphony (1997). On lui a aussi décerné le prix John Newmark lors du Prix d’Europe 1998.

Elle a été invitée à se produire comme soliste avec l’Orchestre symphonique de Drummondville, avec l’ensemble Amati et a offert une prestation remarquée de la Symphonie espagnole de Lalo avec l’Orchestre symphonique de Montréal sous la direction de Jacques Lacombe en 2003. On a pu l’entendre en récital à la Maison de l’Opéra du Caire en Égypte, au Duncan Hall à Houston au Texas, à la Place des Arts de Montréal, à la Salle Roland-Brunelle lors de la série Opus et à plusieurs reprises à la radio de Radio-Canada ainsi qu’à la Chapelle historique du Bon-Pasteur. Chambriste convaincue, elle a joué avec le violoncelliste Denis Brott à de nombreuses reprises et collabore de façon suivie avec le pianiste Walter Delahunt. À titre de professeure et soliste, elle a participé à plusieurs festivals américains, dont le Pierre Monteux Music Festival (Maine) et le Mimir Chamber Music Festival (Texas).

Membre de l’Orchestre symphonique de Montréal depuis 1999, où elle occupe le poste de principal associé des deuxièmes violons, Marie-André Chevrette a également joué avec le Houston Symphony Orchestra, le Houston Grand Opera Orchestra, l’Orchestre des Grands Ballets Canadiens et le Houston Ballet Orchestra. Elle joue sur un violon de 1830 d’Andreas Postacchini, baptisé récemment «Lo Stradivari delle Marche».

Réjean Coallier

Piano

Après avoir obtenu une maîtrise en interprétation à l’école Vincentd’Indy, Réjean Coallier poursuit ses études à Paris avec Pierre Sancan et Marie-Madeleine Petit. De retour au Québec, il travaille la musique de chambre avec Yuli Turovsky et, parallèlement entreprend des recherches sur la musique québécoise des XIXe et XXe siècles. Ses travaux l’amènent entre autres à participer pendant quatre ans à l’émission Suite canadienne diffusée sur les ondes de Radio-Canada. Il a aussi publié des éditions critiques des œuvres d’Achille Fortier et de Rodolphe Mathieu. Il a donné plusieurs conférences sur la musique et les musiciens d’ici. Il a participé au film documentaire Musique pour un siècle sourd de Richard Jutras. Il a enregistré plusieurs disques dont un avec le Quatuor Claudel-Canimex consacré à la musique de chambre de Rodolphe Mathieu et a fondé le Trio Mathieu avec Sophie Dugas et Carole Bogenez de l’OSM. Par ailleurs, il a joué en concert avec de prestigieux chanteurs tels que Karina Gauvin, Bruno Laplante, Gabrielle Lavigne et Liette Turner. Il a participé en 2005, comme pianiste, à la publication d’un collectif intitulé La vie culturelle à Montréal vers 1900 publié chez Fides. Il a aussi composé un cycle de quinze mélodies sur les poèmes de Sylvain Garneau que le baryton Alexandre Sylvestre a chanté à plusieurs reprises. Réjean Coallier est actuellement professeur au Cégep de Lanaudière à Joliette.

Michel Ducharme

Chant

Le baryton-basse Michel Ducharme est bien établi tant sur la scène nationale qu’internationale. Il s’est produit dans plusieurs pays tels le Canada, les États-Unis, la France, l’Angleterre, l’Australie, la Grèce et le Vietnam. Au pays, il a été invité par les orchestres symphoniques de Québec, de Montréal, de Trois-Rivières, de Sherbrooke et de Chicoutimi, par l’Opéra de Québec, le Studio de musique ancienne de Montréal, l’Ensemble Arion, le Tafelmusik Baroque Orchestra de Toronto, le Nouvel Ensemble Moderne, la Société de musique contemporaine du Québec et la compagnie de création lyrique Chants Libres. Il a aussi participé à de nombreux festivals au Québec, dont ceux de Québec, de Lanaudière et du Domaine Forget, et à l’étranger, tels ceux de Royaumont (France), d’Almeida (Angleterre) et d’Adélaïde (Australie). Il a récemment été invité à deux reprises à chanter au International Festival of Arts «From the Avant-garde to the Present Day» à Saint-Pétersbourg, et a par la même occasion chanté à Moscou.

Michel Ducharme a créé des œuvres d’importants compositeurs actuels tels que Gilles Tremblay, Bruce Mather, Claude Vivier et Claude Ballif. Sa discographie comprend le Requiem de Gabriel Fauré, Kopernikus de Claude Vivier, Chants d’amour et Rivages de Serge Garant, Un cri qui durerait la mer et Des laines de lumière de Bruce Mather, l’intégrale des mélodies microtonales pour baryton-basse et deux pianos accordés à un quart de ton d’intervalle de Ivan Wyschegradsky et des motets français des XVIIe et XVIIIe siècles.

Depuis 1985, Michel Ducharme est professeur de chant et directeur musical de l’Atelier d’opéra à la Faculté de musique de l’Université Laval.

Laurence Kayaleh

Cordes

Laurence Kayaleh est une artiste exceptionnelle qui se distingue par la profondeur de sa musicalité, par la richesse de ses sonorités et par son sens prononcé pour le style musical.

Sa carrière précoce la conduit dans les centres de musique les plus prestigieux tels que Paris, Prague, Bruxelles, Zürich, Sofia, Berne, Moscou, Lucerne, Lincoln, Osaka, Tokyo, Montréal, Cleveland, Caracas, Milan, Washington, Dublin, Messina, Bologne, Saint-Louis, Modène et Genève, où elle est accompagnée par des orchestres de renom tels que l’Orchestre de la Tonhalle, de la Suisse Romande, de Bruxelles, de Bâle, de Cleveland, de Montréal, de Mexico, de Bergame, de Saint-Louis, Lamoureux, Simon Bolivar, l’Orchestre National Russe et le National Symphony Orchestra (Washington).

Elle a joué sous la direction de chefs d’orchestre prestigieux dont Slatkin, Dutoit, Kogan, Pletnev, Novak, Wakazugi, Carewe, Turnowsky et Venzago et dans les salles suivantes: Bolchoï et Tchaïkovsky (Moscou), Salle Pleyel (Paris), Lied Center (Lincoln), Victoria Hall (Genève), Arts Center (Osaka), Teatro Donizetti (Bergamo), Suntory Hall (Tokyo), Salle Verdi (Milan), Théâtre Teresa Carreño (Caracas), Salle Pollack (Montréal), Powell Hall (Saint-Louis) et Kennedy Center (Washington). Elle a aussi partagé la scène avec les violonistes Igor Oïstrakh, Viktor Pikaïsen et Ida Haendel.

Premier prix au Concours suisse pour jeunes solistes et Grand prix au Concours international de Stresa en Italie, elle est qualifiée d’«Archet royal» par le quotidien parisien Le Figaro. Elle est également invitée dans de nombreux festivals de musique dont ceux de Lucerne (Suisse), de l’Orne (France), d’Ottawa (Canada), de Divonne (France), de Parry Sound (Canada), Blossom (Cleveland, USA), Cervantino (Mexique) et au Abbey Bach Festival (USA). On a pu l’entendre sur les ondes de CBC, de Radio-Canada et de la Radio-Télévision Européenne. Il est à noter qu’elle a reçu le Prix Artistique de la Ville de Nyon en Suisse et qu’elle a été nommée membre du Who’s Who Historical Society pour ses réalisations professionnelles, académiques et civiques.

Professeur à l’Université de Montréal, Laurence Kayaleh a réalisé chez Naxos deux enregistrements consacrés à l’intégral des œuvres pour violon et piano du compositeur russe Medtner et un autre au compositeur suisse Honegger. Ses futurs engagements l’amèneront à se produire à la Place des Arts de Montréal pour Pro Musica, au Festival de musique de chambre Agassiz à Winnipeg, ainsi qu’avec l’Orchestre de chambre McGill.

Elle joue sur un superbe Guarnerius construit par ce maître en 1742, lequel a appartenu au célèbre violoniste et pédagogue Carl Flesch.

Gwen Klassen

Vents

Considérée comme étant «brillante du point de vue technique et infiniment musicienne», Gwen Klassen occupe depuis 14 ans les postes de flûte associée et de piccolo solo au Calgary Philharmonic Orchestra. De 2003 à 2006, elle a également occupé le poste de flûte solo intérimaire.

Mme Klassen est née et a grandi à Winnipeg, où elle a commencé à étudier la flûte dès l’âge de neuf ans. Elle a poursuivi sa formation musicale à la University of Manitoba où elle a obtenu un baccalauréat en interprétation, fait partie du palmarès du doyen et remporté de nombreux concours, prix et bourses. Ensuite, elle a étudié à la Northwestern University, à Evanston, en Illinois, sous la direction de Walfrid Kujala. À 22 ans, elle a obtenu une maîtrise en musique de la Northwestern University ainsi que le prix d’excellence en interprétation. Elle a participé à de nombreux festivals d’été avec le National Orchestral Institute à Washington D.C. et avec l’Orchestre national des jeunes du Canada. Elle a joué au sein du Winnipeg Symphony et effectué une tournée à Hawaï et en Alaska à l’occasion de la production du Fantôme de l’opéra.

Mme Klassen a enregistré pour la CBC et à titre de soliste avec le Calgary Philharmonic Orchestra et le Red Deer Symphony Orchestra. Elle a donné des récitals avec l’Instrumental Society of Calgary ainsi qu’à la University of Calgary, à l’occasion des Celebrity Series. De plus, elle a donné des récitals pour la campagne PetsDOMatter au profit de la Cochrane Humane Society, une cause qui lui tient particulièrement à cœur. Elle joue régulièrement avec les groupes de musique de chambre Rosa Selvatica, Land’s End et Kensington Sinfonia.

Professeure dévouée, Mme Klassen enseigne présentement à la University of Calgary. Ses étudiants ont réussi à intégrer des orchestres et à remporter des concours nationaux. Grâce à sa façon positive d’enseigner et à sa rigoureuse éthique du travail, elle a formé d’excellents musiciens et flûtistes. Elle a donné des cours de maître partout dans l’Ouest canadien et a été juge au Concours de musique du Canada et dans le cadre du Syrinx Flute Festival. Mme Klassen est la fondatrice et la directrice de la Pender Island Flute Retreat destinée aux flûtistes chevronnés souhaitant établir un lien plus profond avec la musique grâce à la croissance personnelle.

Midori Koga

Piano

La pianiste Midori Koga, dont les performances ont été qualifiées d’«éblouissantes» (Ann Arbor News) et d’«exceptionnelles» (St. Petersburg Times), s’est produite en qualité de soliste et de chambriste dans le monde entier, notamment au American New Arts Festival, au Al Fresno New Music Festival, au ProMozart Society of Detroit, au congrès mondial du saxophone à Valence en Espagne, ainsi qu’au Festival international de musique par ordinateur. Comme chambriste, elle a collaboré avec l’ensemble de percussions Nexus, le Soundstreams Ensemble, des membres du Toronto Symphony Orchestra (TSO) et du Toronto Wind Quintet. De plus, elle s’est produite avec l’Esprit Orchestra ainsi qu’avec le TSO lors du festival New Creations. Avec le Michigan Chamber Players, elle a enregistré un disque sous étiquette Equilibrium. Un nouveau disque, Ice Age and Beyond: Works by Canadian Women Composers, enregistré avec la mezzo-soprano Patricia Green et financé par une bourse du Centre de musique canadienne, vient tout juste de paraître en janvier 2009.

Défenseure de la musique contemporaine, Mme Koga commande, interprète et enregistre avec l’ensemble de musique nouvelle Quorum, dont le CD Cold Water, Dry Stone: The Music of Evan Chambers a été enregistré sous étiquette Albany. Depuis ses débuts remarqués au Merkin Hall de New York, Quorum a joué partout aux États-Unis et a effectué des résidences au Center for the Arts d’Interlochen, au Composers’ Symposium de John Donald Robb au Nouveau-Mexique, au Composers Forum de Cleveland et au NewMusic Tampa.

Mme Koga a été membre du College of Examiners du Royal Conservatory of Music, elle a présenté des ateliers pédagogiques dans le monde entier, notamment à la conférence de l’International Society for Music Education à Bologne (Italie), aux conférences de la Music Teachers’ National Association à Washington D.C., Seattle et Toronto et enfin, à la World Piano Pedagogy Conference d’Atlanta.

Midori Koga est professeure agrégée et directrice de la pédagogie du piano à la University of Toronto. Elle est titulaire d’un doctorat en musique de la University of Michigan et d’un diplôme en interprétation du Mozarteum à Salzbourg en Autriche. Au cours de ses études supérieures à la University of Michigan, elle a reçu le University-wide Outstanding Teaching Award, le Rackham Dissertation Grant, et a remporté le prestigieux concours de concerto.

Mireille Lagacé

Orgue, Clavecin

Mireille Lagacé, née au Québec en 1935, a étudié l’orgue à Vienne avec Anton Heiller et à Montréal avec Bernard Lagacé. Dès 1957, elle devint membre du groupe Ars Organi de Montréal, qui a été très actif dans le mouvement de renaissance de l’orgue en Amérique du nord. En 1962, elle remporte un prix et une médaille aux concours internationaux d’orgue à Munich et à Genève; en 1965, elle est finaliste en tant que claveciniste au concours international de Genève.

Mme Lagacé a été considérée comme l’une des artistes les plus recherchées parmi ceux qui donnent des récitals sur la scène internationale; elle est l’une des rares interprètes à être également à l’aise à l’orgue et au clavecin. Elle a donné de nombreux concerts à l’un ou l’autre instrument tant au Canada qu’aux États-Unis et en Europe. Elle s’est toujours distinguée par sa brillante technique, la perfection, la musicalité et la vitalité de ses interprétations.

À sa carrière de soliste et de chambriste, Mme Lagacé joint une activité pédagogique considérable. Elle a enseigné l’orgue durant 10 ans au New England Conservatory de Boston et enseigne le clavecin et l’orgue au Conservatoire de musique de Montréal. Ella a été invitée à donner maints cours d’été aux États-Unis (Choate Music Seminars au Connecticut, à New York, à Chicago, au Kansas, etc.), au Canada (Québec, Vancouver), en Europe (Belgique, France, Luxembourg). Elle a également enregistré une vingtaine de disques sous étiquettes Atma, Callioppe, Titanic, Radio-Canada SM et Phonovox. On y retrouve, notamment, des œuvres pour clavecin de Bach et de Boismortier, et, avec son mari Bernard Lagacé, l’intégrale de l’œuvre d’orgue de Buxtehude. Parmi ses tout derniers enregistrements, il faut signaler les partitas pour clavecin de J. S. Bach chez Atma. La revue Vie et Esprit la saluait en ces termes, en mars 1981: «Grande personnalité, maîtrise souveraine tant dans l’art du clavecin que dans celui de l’orgue. Verve intarissable, style direct, franc, aisé, une grandeur toute de simplicité et une rythmique aussi euphorisante que sans faille […] avec une parfaite justesse et un charme irrésistible.»

En 2008, elle a effectué une tournée au Japon et elle a été membre du jury du 6e Concours international d’orgue de Musashino-Tokyo. La même année elle a participé au jury du Concours international d’orgue du Canada.

Catherine Meunier

Percussion à clavier

Native de Sherbrooke, Catherine Meunier débute son apprentissage des percussions dès l’âge de 12 ans. Elle est la première percussionniste lauréate du prestigieux Prix d’Europe et a également reçu le prix du Centre de musique canadienne pour la meilleure interprétation d’une œuvre canadienne.

En tant que soliste et chambriste, Catherine Meunier s’est produite au Canada, aux États-Unis, au Mexique, à Taiwan et au Japon. Elle a été invitée comme concertiste avec l’Orquesta Sinfónica Nacional de Mexico, l’Orchestre symphonique de Longueuil et l’Ensemble Prestissimo. En duo avec Marie-Hélène Breault à la flûte, elle a participé à la saison 2004-2005 des Jeunesses Musicales du Canada, donnant plus de 40 concerts au Québec, en Ontario et dans les provinces maritimes. Le duo a également été finaliste au prix Opus 2006-2007 dans la catégorie Concert de l’année — Régions. Active dans le milieu de la création musicale contemporaine, elle a fait la première de plusieurs pièces pour marimba ou percussion de compositeurs tels qu’Andrew MacDonald, Michel Frigon, Alejandra Odgers, Nicolas Gilbert, Christien Ledroit, Katia Makdissi-Warren et Emily Hall. En novembre 2006, aux côtés de Shawn Mativetsky et de Marie-Hélène Breault, elle a été invitée à jouer à la Percussive Arts Society International Convention à Austin, Texas. Elle a donné plusieurs classes de maître au Canada en plus d’être membre du jury au Concours de musique du Canada. Elle est membre fondatrice de l’Ensemble Mont-Royal et du duo de violon et marimba The Wooden Project. On a aussi pu l’entendre sur les ondes de la CBC, Radio-Canada et Opus 94 (Mexique).

Mme Meunier détient un doctorat en interprétation musicale de l’Université de Montréal. Elle a également obtenu un Graduate Performance Diploma au Peabody Institute de la Johns Hopkins University, une maîtrise à l’Université McGill et un baccalauréat à l’Université de Sherbrooke. Elle a étudié notamment avec Robert van Sice, Mario Boivin, Serge Desgagnés, D’Arcy Gray, Andrei Malashenko et Pierre Béluse.

Catherine Meunier est une artiste commanditée par la compagnie Pearl/Adams.

Ian Murphy

Guitare

Guitariste de Magog, Ian Murphy a terminé de brillantes études à l’Université de Montréal et à l’Université du Québec à Montréal, où il a travaillé, entre autres, auprès du célèbre virtuose et pédagogue Alvaro Pierri. En 1994, il a obtenu son baccalauréat en interprétation ainsi que la bourse Pierre-J. Jeanniot remise à l’étudiant le plus méritant. Il a remporté à trois reprises le premier prix en musique de chambre au Concours Guitare-Mauricie et il a été finaliste au concours de l’Orchestre du Mont-Royal et au Concours de musique du Canada. Il a terminé sa maîtrise à l’Université de Montréal en 1996. En outre, il a donné plusieurs concerts et effectué des enregistrements pour la radio de Radio-Canada. Il a participé à plusieurs classes de maîtres, notamment avec Léo Brouwer, David Russell et Roberto Aussel. Musicien accompli, cet artiste touche à plusieurs styles musicaux, allant de la musique de la Renaissance jusqu’à la musique moderne, en passant par le tango et la musique contemporaine. En 2000, il a publié chez Hal Leonard 36 transcriptions pour violon et guitare des œuvres du célèbre compositeur argentin Astor Piazzolla.

En plus d’enseigner au Cégep de Drummondville depuis 2001, il se consacre à l’enregistrement de musique, et plus particulièrement de la guitare classique. Il possède la certification LogicPro de Apple. Un premier disque des œuvres de J.S. Bach, de Llobet et de Carlevaro paraîtra en 2009.

Bonnie Nicholson

Piano

Née à Prince Albert, en Saskatchewan, Bonnie Nicholson est pianiste, professeure et chambriste. Titulaire d’un baccalauréat en interprétation et d’une maîtrise ès arts de la University of Saskatchewan, elle détient également un diplôme ARCT en interprétation du Royal Conservatory of Toronto. Ses influences lui viennent de différents pédagogues et professeurs, dont son mentor Robin Harrison.

Depuis 1985, Mme Nicholson est chargé de cours au département de musique de la University of Saskatchewan. Au cours de sa carrière de soliste et de professeure, elle a reçu la Florence Bowes Piano Pedagogy Scholarship (1993), le Dwaine Nelson Teaching Award for Excellence, remis par la University of Saskatchewan Association of Student Musicians (2000) et le Sylvia Wallace Sessional Lecturer Teaching Excellence Award (2004), mettant en relief ses «méthodes d’enseignement innovatrices et perspicaces» ainsi que son «enthousiasme et son soutien». Ses étudiants s’illustrent sans cesse à l’occasion de concours, de festivals et d’examens, que ce soit au niveau local, provincial ou national. En février 2006, un de ses anciens étudiants, Thomas Yu, a remporté le 17e Concours international des grands amateurs de piano, à Paris, en France, tandis qu’en janvier 2009, Samuel Deason, un autre de ses anciens étudiants, se classait premier, ex æquo, au Glenn Gould School’s Concerto Competition. Depuis nombre d’années, Mme Nicholson soutient avec ardeur le Concours de musique du Canada (CMC). Elle est d’ailleurs secrétaire du comité de la Saskatchewan.

On peut entendre Bonnie Nicholson sur de nombreux CD, plus particulièrement avec le baryton Henri Loiselle, le Saskatoon Children’s Choir, les Saskatoon Fireside Singers ainsi que sur le disque Melange avec le trompettiste Dean McNeill. Un nouvel enregistrement en compagnie du saxophoniste Glen Gillis est en préparation.

Mika Putterman

Flûte à bec

Née à Montréal, Mika Putterman est l’une des flûtistes baroques les plus en vue sur la scène canadienne. Elle a suivi l’enseignement de la flûtiste baroque Claire Guimond à l’Université McGill et, après avoir obtenu un baccalauréat en interprétation de musique ancienne et de littérature (avec distinction), elle fut admise au Conservatoire national supérieur de musique de Paris et s’est établie en France. De 1997 à 2001, elle a été l’élève de Barthold Kuijken et de Marc Hantaï au Conservatoire royal de Bruxelles, où elle a obtenu son diplôme avec distinction.

En 1996, Mika a remporté aux États-Unis le Baroque Flute Masterclass Competition de la National Flute Association. En 2003, elle a été finaliste au Concours de musique baroque de Munich, en 2003 et 2005, finaliste au Concours des vents historiques de Anvers. Mika Putterman enseigne la flûte baroque et a été professeure au Boxwood Festival en juillet 2005 organisé par Chris Norman.

Mika est directrice artistique de l’ensemble Autour de la flûte, finaliste aux prix Opus 2007 dans la catégorie Concert de l’année, musique médiévale, de la Renaissance et baroque. Sa formation a été l’invitée de nombreux festivals dont le Festival Bach (2005, 2007), le Festival Montréal en lumière (2006, 2008) et le Festival Montréal Baroque (2006). Autour de la flûte a également présenté un récital dans le cadre du Festival international de Lanaudière en juillet 2007.

Mika Putterman joue aussi fréquemment au Canada qu’en Europe, notamment avec les ensembles Arion (Montréal), Theatre of Early Music (Montréal), Tafelmusik (Toronto), Il Fondamento (Belgique), XVIII-21 (France), Les Menus Plaisirs du Roy (France). Elle s’est produite avec des membres de La Petite Bande et a été invitée à plusieurs festivals en France et au Canada. Mika a notamment travaillé sous la direction de Daniel Cuiller, Paul Dombrecht, Manfredo Kramer, Barthold Kuijken, Jeanne Lamon, Hervé Niquet, Jaap Ter Linden, Dominique Visse et Julian Wachner. Plusieurs de ses concerts ont été captés par CBC et Radio-Canada. Mika a également enregistré sous étiquette Atma et comme soliste avec early-music.com dont le CD Telemann: Tutti flauti a été mis en nomination en 2006 pour un prix Juno et un prix Opus.

Helga Tucker

Chant

Née au Danemark, la mezzo-soprano Helga Tucker a récemment quitté l’Okanagan, en Colombie-Britannique, où elle dirigeait de main de maître un studio fort achalandé, pour s’installer à Toronto.

Bon nombre de ses élèves ont obtenu une première place dans divers concours. Au Performing Arts BC, ses élèves ont gagné dans toutes les catégories: débutant, intermédiaire, avancé et national. Parmi les gagnants de concours de chant internationaux, mentionnons une 1re place au International Choral Kathaumixw, une 1re place au Metropolitan Opera Regional, et des finalistes au National Foundation for Advancement in the Arts (États-Unis). Plusieurs de ses élèves ont été acceptés dans des écoles prestigieuse telles que le Glenn Gould School, la Manhattan School of Music, le Curtis Institute et les principales universités canadiennes.

Madame Tucker a fait ses études vocales et pédagogiques sous l’égide du maître enseignant renommé Bernard Diamant. Elle a également fréquenté l’Illowna Kombrink, à Madison au Wisconsin, et le Victoria Conservatory of Music, en Colombie-Britannique.

À l’aise en récital et en concert, elle interprète aussi bien l’opéra que l’oratorio. Ses prestations l’ont mené partout à travers le Canada. Le compositeur canadien Michael Baker a composé spécialement pour elle Starsfall, un cycle de cinq chants contemporains pour mezzo-soprano et piano; elle en assura la première à Toronto.

Madame Tucker œuvre également à titre de juge et est sur le comité des examinateurs du Royal Conservatory of Music à Toronto. Elle détient les diplômes ARTC Teacher et ARCT Performer de même qu’un LTCL du Trinity College (Angleterre). Elle a également reçu un prix du National Foundation for Advancement in the Arts Award of Recognition.

Line Villeneuve

Piano

Détentrice d’un doctorat en musique de l’Université de Montréal, Line Villeneuve travaille activement dans le milieu estrien depuis bientôt vingt ans comme pianiste-accompagnatrice, chambriste, professeur de piano et d’histoire de la musique. Au cours de sa formation elle a étudié le piano avec Natalie Pépin, Marc Durand, Dorothy Morton et Robert Weisz. Mme Villeneuve a suivi des stages de perfectionnement en Europe auprès de Pierre Sancan, Monique Déchaussée et en Alberta auprès de Marek Jablonsky. Boursière de plusieurs organismes culturels dont la fondation Les Amis de l’Art de l’Université de Montréal, les Jeunesses Musicales du Canada, The Banff Centre for the Arts et le Conseil des Arts du Canada, Line Villeneuve a fréquemment joué en public, notamment au Domaine Forget de St-Irenée et au Festival d’été de Lanaudière. Sa grande expérience musicale l’amène régulièrement à faire parti de jurys de concours musicaux. En tant que pédagogue, elle est régulièrement invitée à donner des ateliers et des classes de maître au sein de différentes institutions. Après avoir enseigné aux universités de Montréal et de Sherbrooke, elle occupe maintenant un poste d’enseignement au Cégep de Sherbrooke.

Joan Watson

Vents

Joan Watson est non seulement l’une des meilleures cornistes au Canada, mais aussi conférencière et professeure. Elle jouit d’une excellente réputation de musicienne accomplie et de virtuose. Elle est actuellement cor solo du Canadian Opera Orchestra. Membre fondateur du prestigieux quintette True North Brass, elle a été cor solo associé du Toronto Symphony Orchestra pendant quatorze saisons (elle a obtenu ce poste alors qu’elle était enceinte de huit mois), cor solo de l’Esprit Orchestra, du Victoria Symphony Orchestra, du Pacific Opera Orchestra et du Vancouver Opera Orchestra.

On peut l’entendre fréquemment sur les ondes de la CBC en tant que chambriste et dans le cadre des New Music Concerts. Elle a été soliste invitée à l’International Women’ s Brass Conference, à l’International Horn Symposium à Banff et à l’International Brass Quintet Symposium d’Atlanta. En 2009, elle participera à l’International Horn Symposium à Chicago, en qualité de soliste et de conférencière. En juin 2010, elle sera l’hôte de l’International Women’s Brass Conference à Toronto.

Aussi, on peut entendre Mme Watson dans de nombreuses publicités, émissions de télévision et trames sonores de film. Son premier CD solo, Songs My Mother Taught Me, est un merveilleux recueil de chansons apaisantes. Elle est une artiste soutenue par Yamaha Canada depuis 25 ans. En 2008, elle fut la première femme jouant d’un cuivre à apparaître sur une affiche de Yamaha.

Non seulement Mme Watson enseigne le cor à la faculté de musique de la University of Toronto, mais elle y donne également des conférences sur les compétences en interprétation, la préparation aux auditions et sur la façon de mener une carrière musicale passionnante et épanouissante.