Historique

Le Concours de musique du Canada (CMC) a été fondé à Montréal en 1958 par Claude Deschamps, Pierre Emond et Charles Charrère. Étant donné le nombre élevé des participants (1044 inscriptions et près de 2500 participants dans la première année seulement), on doit s’adapter rapidement à la situation et créer de nouveaux règlements, appointer de nouveaux juges, trouver de nouvelles salles, allonger la durée des séances d’épreuves. Les organisateurs ont su s’entourer de personnes compétentes et extrêmement dévouées, parmi lesquelles Hélène M. Stevens et Denyse Raymond qui vont soutenir et nourrir les Festivals pendant de très nombreuses années (comme par la suite le Concours), et aussi de nombreux bénévoles. Plusieurs religieuses (qui formaient l’essentiel du personnel enseignant en musique à cette époque) ont été consultées aux premières heures du Festival national de musique et ont été d’une aide plus que précieuse.

Le premier prospectus est en effet publié le 10 janvier 1959 et tous les comités — comité honoraire, comité de sollicitation, de réception, comité auxiliaire — formés dès le 1er février; les inscriptions clôturent le 7 mars et les épreuves débutent le 20 avril; enfin, le premier concert gala se tient le 30 avril à l’auditorium de l’Université de Montréal et est télédiffusé par Radio-Canada.

Suite à l’élargissement des activités du Festival national de musique dans d’autres villes du Québec, une nouvelle dénomination est trouvé, en 1960. Les Festivals de musique du Québec voient le jour. Un Comité de musique formé pour l’occasion devient ainsi un élément important dans le rehaussement des exigences du Concours. Le programme des pièces musicales imposées, le système d’élimination établi, la manière d’attribuer les bourses, la façon de juger les concurrents, tout peut faire l’orgueil des Festivals de musique du Québec qui se voient ainsi propulsés à l’avant-garde des festivals du pays tout entier, où l’on ne trouve pas d’équivalent.

En 1969, les dirigeants procèdent au réexamen des règlements et du programme afin d’en accroître les exigences et de ne permettre qu’aux meilleurs de concourir. Il s’en suit une forte décroissance dans le nombre des participants, mais une qualité accrue dans le calibre des candidats et le prestige du Concours.

Concours de musique du Canada et Tremplin

Le Concours de musique du Canada a été fondé en 1971, et s’est tenu la première année à Toronto. Pour l’occasion, cette ville accueille les concurrents de tout le Canada, à l’exception de ceux du Québec qui, en raison de l’existence des FMQ, tiennent leur propre finale. Ce sont les gagnants de cette finale qui rencontrent ensuite ceux que Toronto vient de couronner. Le Concours de musique du Canada sera pendant des années jumelé au Festival de musique du Québec, jusqu’à l’abolition de ce dernier en 1982.

En fondant le Tremplin, également en 1971, Claude Deschamps, Hélène M. Stevens et Denyse Raymond poussent un cran plus loin. Avec le Tremplin, on donne l’opportunité à des musiciens de talent de faire leurs preuves dans des circonstances qui se rapprochent beaucoup de celles qui prévalent dans les concours internationaux.

Développements des sections à travers le Canada

  1. 1958 Montréal
  2. 1959 Québec
  3. 1960 Rimouski et Chicoutimi
  4. 1961 Sherbrooke et Hull
  5. 1963 Rivière-du-Loup, Carleton et Dalhousie
  6. 1964 Baie-Comeau et Roberval
  7. 1965 Trois-Rivières et Rouyn-Noranda
  8. 1967 Dolbeau et Val d’Or
  9. 1971 Toronto
  10. 1972 Winnipeg, Edmonton et Calgary
  11. 1973 Vancouver
  12. 1977 Moncton et Halifax
  13. 1978 Regina et Ottawa
  14. 1979 London
  15. 1980 Saskatoon
  16. 1981 St. John’s
  17. 1983 Charlottetown
  18. 1995 Oakville

Le Concours de musique du Canada s’est maintenu tout au long de ces cinquante dernières années parce qu’il a été fondé sur des bases solides et qu’il a toujours su s’adapter aux conditions changeantes de la société; que les organisateurs ont aussi toujours su faire preuve d’imagination, de passion et de détermination. Rares sont les organismes culturels qui peuvent se targuer d’avoir eu une existence aussi longue tout en maintenant l’essentiel de leurs objectifs et de leur mission. Année après année, le Concours continue à encourager et à soutenir les jeunes musiciens de partout à travers le Canada et à leur donner le goût de l’excellence. Chaque année, dans le cadre de leurs activités académiques, quelque 550 jeunes s’inscrivent au Concours et y reçoivent plus de 100 000 $ en bourses, à tous les niveaux — régional, provincial et national. Pour mieux ancrer cette reconnaissance dans la communauté, tout est mis en œuvre pour favoriser la participation des meilleurs candidats à des récitals ou des concerts organisés dans le milieu, à des échanges interrégionaux ainsi qu’à diverses représentations culturelles et artistiques. Car le Concours doit aussi les préparer à la vie professionnelle et leur servir autant que possible de tremplin.