News Item

Lettre ouverte en soutien aux conservatoires de région

[English translation not available]

Voici une lettre ouverte envoyée par le Concours de musique du Canada au Premier Ministre du Québec et à la Ministre de la Culture et des Communications pour témoigner notre appui aux conservatoires de région.

Combien de jeunes talents perdrons-nous?

Monsieur le Premier Ministre du Québec, Madame la Ministre de la Culture et des Communications,

C’est en écoutant le Concerto no 1 de Chopin tel qu’interprété par Jean-Luc Therrien au Tremplin 2014 du Concours de musique du Canada, que nous vous écrivons ces quelques lignes. Jean-Luc, un vétéran du CMC (à 20 ans!), comme tant d’autres jeunes participants du concours a été formé par un conservatoire en région.

Depuis plus de 50 ans, le Concours de musique de Canada et les Conservatoires sont des alliés naturels, visant tous deux à soutenir l’apprentissage de la musique classique.

Le Concours est un complément de formation, un outil dont se servent les professeurs pour motiver leurs élèves et pour leur enseigner la discipline, la ténacité et la rigueur, des aptitudes nécessaires à la préparation d’un défi comme le CMC.

Étant nous-mêmes témoins du développement artistique des musiciens, nous pouvons vous assurer que l’enseignement prodigué par les Conservatoires, qu’ils soient urbains ou en région, est de très haut niveau, et permet aux jeunes étudiants de participer à des concours aussi exigeants que le Concours de musique du Canada.

Un enseignement de haut niveau, faut-il le répéter, car il s’agit là d’une distinction importante entre les écoles de musique de quartier et les conservatoires. Comparaison élitiste, non, mais réaliste, certainement! La compétition est féroce dans le milieu de la musique classique! Tout comme il est impossible d’entraîner un plongeur olympique dans la piscine municipale, il est impossible de former un musicien classique professionnel sans l’apport d’une multitude d’intervenants de haut calibre et d’installations adéquates.

Malgré les défis et les écueils auxquels se heurtent les jeunes musiciens, leur détermination et leur passion à toute épreuve nous confirment que plusieurs deviendront les acteurs de la scène musicale de demain. D’autres ne feront peut-être pas carrière en musique, mais deviendront enseignants, médecins, dirigeants d’entreprises, parents… tous porteront en eux les mêmes valeurs d’excellence, de dépassement de soi, de persévérance, et bien sûr leur amour absolu pour la musique.

Les Conservatoires de Gatineau, de Rimouski, de Saguenay, de Trois-Rivières et de Val-d’Or sont aux musiciens ce que sont les piscines olympiques aux plongeurs, les glaces aux hockeyeurs et les montagnes aux skieurs. Éradiquer les Conservatoires en région, c’est enlever les moyens à des centaines de jeunes d’entraîner leur talent à eux, la musique… sans oublier les générations futures qui ne pourront profiter de cette institution d’enseignement chevronnée.

Alors que nous déplorons sans cesse le décrochage scolaire, le niveau d’analphabétisme et la pauvreté du français de la jeunesse québécoise, rappelons qu’une multitude d’études établissent un lien direct entre l’apprentissage de la musique et la réussite scolaire. Pourquoi ne pas donner à nos jeunes musiciens si prometteurs les moyens de leurs ambitions?

Le Concours de musique du Canada

News posted Monday, September 29, 2014